Innovation : les CGPI au coeur du moteur !

Innovation : les CGPI au coeur du moteur !
     

L’Autorité des Marchés Financiers a rendu hier son rapport sur la gestion d’actifs en France : “Après une année 2012 marquée par une hausse sensible des encours bruts sous gestion, le marché de la gestion française enregistre une légère baisse des actifs gérés en 2013 (- 0,5%). Cette évolution est cependant à apprécier par classe d’actifs au regard de la conjoncture. L’industrie française de la gestion d’actifs se maintient au-dessus du niveau des 2 800 milliards d’euros d’encours bruts gérés mais ne profite pas du mouvement haussier européen. Cette évolution se caractérise par la contraction du volume des encours gérés en gestion collective (- 2%) »… 2800 milliards qui sont répartis pour près de la moitié sous forme de gestion collective que sont les OPCVM (SICAV, FCP…) ou les FIA, nouveaux véhicules d’investissement collectifs listés par le code monétaire et financier (fonds de fonds alternatifs, fonds de capital investissement, fonds d’épargne salariale, OPCI, SCPI, etc.). « En termes d’encours, l’actif brut des organismes de placement collectif (c’est à dire les OPCVM et les FIA) français atteint 1 179 milliards d’euros au 31/12/2013 ».

 

Ces chiffres permettent de réaliser l’ampleur du développement des sociétés de gestion entrepreneuriales avec des maisons comme Carmignac (qui ont touché les 50 milliards d’encours même si une part importante de ces encours est située à Luxembourg) ou encore DNCA (15 milliards d’encours). Il sera bon de souligner que la dynamique et la créativité qu’amènent ces maisons au marché français n’auraient pas été possibles sans la présence du réseau de distribution que représentent les CGPI (Conseillers en Gestion de Patrimoine Indépendants). Encore aujourd’hui, les noms émergents de la Finance hexagonale, que l’on parle de la Financière de l’Echiquier, de Tocqueville, de Mandarine et tant d’autres encore,  ont été portés par les CGPI, une profession qui représente un véritable incubateur de talents. Les indépendants ont également prouvé leur capacité d’innovation dans tous les domaines du patrimoine.

 

Ils ont porté l’émergence de la multigestion dans les années 90 (on imagine bien que les banques n’étaient pas « à la tête du combat »), ils ont permis la croissance des SCPI dans un marché qui n’est pas aussi facile et fluide que ce qu’il est aujourd’hui, Ils ont absorbé en moins d’une décennie une réglementation qui devient certainement la plus prégnante de l’ensemble des professions réglementées. Au moment où notre pays comprend, peut-être enfin, que la créativité est au cœur de la croissance et que l’épargne doit être réorientée vers les valeurs que sont l’innovation et l’entrepreneuriat, Il convient que l’ensemble de l’écosystème, les indépendants eux-mêmes, leurs partenaires et peut-être même les autorités, défendent plus que jamais le modèle des CGPI. Le salon Patrimonia qui ouvre ses portes la semaine prochaine sera l’occasion de le rappeler.

 

 

 

Voir toutes les actus

Conseil patrimonial

stratégies financières sur-mesure

GESTION ou réorganisation du patrimoine